La question de l’hygiène est posée depuis l’Antiquité. Si les 19e et 20e siècles ont permis des avancées majeures en ce domaine, on peut s’interroger sur son évolution depuis 40 ans. En effet, dans les années 60, l’accessibilité aux antibiotiques augmentant, l’hygiène disparait de l’enseignement : le paradigme change et les pratiques de prévention s’estompent pour basculer dans le curatif. Pourtant, il existe nombre de reflexes qui permettent d’éviter les infections. Ceux-ci se sont simplement perdus au cours des dernières générations.

Dans ce contexte, le vêtement voit son rôle d’apparat se complexifier. Il est en effet le premier produit en contact avec la peau et ceci 24h sur 24. Il se doit d’embellir certes mais aussi de protéger : protéger des maladies ou irritations de la peau, du développement d’allergies - tout particulièrement sur les jeunes enfants ou personnes fragilisées plus sensibles - ainsi que prévenir des mauvaises odeurs.

Les microorganismes sont à l’origine de la vie et donc vitaux. Mais bien que vertueux, ce sont eux également qui sont porteurs de maladies et allergies.


Êtes-vous satisfait de notre réponse ?